No 38 – Premier refuge huguenot (1572)

Premier Refuge huguenot au XVIe siècle
Source: Musée Virtuel du Protestantisme

 

Des réfugiés français

Une première vague de départ des réformés français (ou huguenots), appelée Premier Refuge, a lieu dès l’an 1560. Dès les premières persécutions perpétrées par les catholiques à leur encontre, des fugitifs quittent la France pour Genève, l’Angleterre ou les Provinces-Unies. Calvin encourage ces départs au nom de leurs vertus religieuses (« que ceux qui croient de n’avoir pas la force de témoigner de leur foi s’exilent »), Théodore de Bèze invoque « l’universelle proximité du ciel, nul n‘ayant de cité permanente ».

L’accueil dans le Pays de Vaud

Des réfugiés arrivent également dans le Pays de Vaud. En 1569, on estime que 1500 personnes transitent par Lausanne. La plupart retournent chez eux en 1570, à la faveur d’un apaisement temporaire de la situation en France.

Mais le massacre de la Saint-Barthélémy de 1572 (voir 37) remet nombre de huguenots français sur les routes de l’exil. Des collectes sont organisées dans les paroisses réformées de Suisse en leur faveur. Parmi les réfugiés, de nombreux pasteurs sont accueillis dans les paroisses vaudoises.

Ce premier refuge dure jusqu’en 1598 et la promulgation par Henri IV de l’Edit de Nantes (voir 39).

Sources: https://www.museeprotestant.org/de/nottice/le-refuge-gugenot/ – Henri Vuilleumier  » l’Eglise réformée dans le Pays de Vaud sous le régime bernois » tome premier, Editions de la Concorde, 1927

Start typing and press Enter to search