No 90 – Ministère diaconal (1967)

Consécration diaconale
Source: EERV

Une gestation lente

Selon le professeur Claude Bridel, c’est en 1957 déjà que débute un peu partout la reprise des préoccupations diaconales. Les Eglises protestantes, l’Eglise catholique, les institutions diaconales, chacun s’interroge.

A Genève le professeur Edmond Rochedieu constate que ni l’Institut des ministères féminins, ni l’institution du Diaconat masculin romand ne peuvent répondre aux nombreuses demandes de servir l’église qu’il reçoit de personnes n’ayant pas le parcours scolaire qui mène à la licence en théologie. Peut-on faire quelque chose de nouveau ?

Il demande à être entendu par la Conférence des Eglises Romandes (CER). L’entretien est fructueux et le 15 novembre 1962 il est convoqué par la CER pour mettre en place, avec des délégués des Eglises, la commission romande pour l’étude des ministères.

L’accord des Eglises

Entre 1965 et 1967 tous les synodes des Eglises réformées de Suisse Romande acceptent les statuts proposés pour définir le statut de diacre. Un nouveau ministère voit le jour : dans la plus totale ambiguïté disent ses adversaires, par la volonté du St-Esprit disent ses promoteurs.

Les statuts adoptés donnent une structure aux ministères diaconaux, une maison où les diacres seront chez eux.

Du mot grec «diakonia» = service, la diaconie a sa source dans le mouvement même du Christ vers le monde.

Le démarrage

Le 23 septembre 1967, le Département romand des ministères diaconaux tient sa première assemblée. Désormais, le ministère pastoral se double officiellement du ministère diaconal.

Source de l’article: Pierre Pilly : http://www.diaconat.ch/page6.php

 

Start typing and press Enter to search