No 12 – Guillaume Farel (1489-1565)

Guillaume Farel, portrait de Pierre-Roch Vigneron (1789–1872)
Source: Bibliothèque Publique et Universitaire de Neuchâtel ; commons.wikmedia.org

Sa vie

Guillaume Farel naît à Gap (Dauphiné) d’une famille noble. Il fait des études à Paris, où il rencontre le savant humaniste Lefèvre d’Étaples. Il enseigne la grammaire et la philosophie. Il rompt avec le catholicisme dès 1521. Il subit l’influence de Zwingli et diffuse la Réforme à Bâle, Strasbourg, Berne, Vaud, Genève et enfin Neuchâtel.

Le premier Réformateur en Suisse romande

Dès 1526, les autorités de Berne le chargent de propager la Réforme dans le Chablais. Il s’établit à Aigle (voir 13) et sillonne dès lors la Suisse romande en tous sens pour y propager les idées et pratiques de la Réforme, avec un zèle et une fougue qui lui valent beaucoup d’ennemis.

En 1532, au synode de Chanforans, il fait adhérer les vaudois du Piémont à la Réforme (voir 1).

Farel contribue grandement à faire adopter la Réforme par Genève et Vaud en 1536.

Il convainc Pierre Viret (voir 26) de s’engager à ses côtés et sera très actif avec lui lors de la Dispute de Lausanne (voir 29).

Le conseil de la ville de Genève expulse Calvin et Farel en 1538, jugeant leurs réformes excessives. Farel va s’installer à Neuchâtel comme premier pasteur tout en poursuivant une activité itinérante jusqu’à sa mort.

Il a écrit la première liturgie en langue française « Le Sommaire » en 1524.

Source de l’article: http://www.museeprotestant.org/notice/guillaume-farel-1489-1565/

Start typing and press Enter to search