No 71 – Droit de vote des femmes (1898)

 

Un débat ouvert au sein de l’Eglise libre

En 1886, Charles Secrétan, disciple de Vinet (voir 59) publie un ouvrage intitulé : « Le droit de la femme » posant ouvertement la question de la participation des femmes à la vie politique.

En 1898, le synode de l’Eglise libre décide de donner le droit de vote aux femmes. Ce droit leur permet d’élire les anciens (conseillers de paroisse) et les pasteurs.

Les femmes de l’Eglise nationale obtiennent ces mêmes droits en 1908.

Des femmes actives

Nombre de femmes furent très actives au sein de l’Eglise libre.

Si le ministère pastoral féminin ne sera reconnu qu’en 1930 (voir 74), des femmes libristes se trouvent à l’avant-garde du combat pour le droit des femmes.

Lucy Dutoit se bat sur tous les fronts pour le droit de vote des femmes dans le canton de Vaud (qui se concrétisera en 1959).

Marie Butts fait une carrière qui la conduira jusqu’au poste de secrétaire générale du Bureau international de l’éducation.

Louise Cornaz est rédactrice du Bulletin féminin, organe des Unions de femmes de la Suisse romande et publie des romans sous un pseudonyme masculin (Joseph Autier).

Elisa Serment est la première femme nommée membre du Conseil de l’Eglise libre lausannoise en tant qu’ « ancienne » (1925), après avoir co-fondé en 1896 l’Union des femmes de Lausanne.

Emma Rod-Ducloux est militante féministe, membre de la Fédération abolitionniste internationale contre la prostitution et préside le bureau des Amies de la jeune fille.

Source de l’article: Jean-Pierre Bastian : « La fracture religieuse vaudoise 1847-1966 » labor et fides, 2016

 

Start typing and press Enter to search