No 41 – Les dragonnades (1681-1685)

Gravure représentant les dragonnades en France sous Louis XIV, 17ème siècle, de Godefroy Engelmann d’après un dessin de 1686
Source: https://commons.wikimedia.org/

 

La première dragonnade (1681)

En 1681, la première dragonnade est expérimentée en Poitou. Un régiment de cavalerie loge de force chez les réformés. Les soldats (appelés dragons) ont la permission de piller et de ruiner leurs hôtes. Les dragons se font nourrir et payer. Quand l’argent est épuisé, les dragons vendent les meubles ou les mettent en morceaux. Si l’hôte protestant s’obstine à ne pas se convertir, il est maltraité, frappé et devient le jouet de brutes qui inventent des supplices allant jusqu’à faire souffrir les enfants. Ils font subir aux femmes toutes les exactions possibles. Quand le malheureux abjure, les dragons passent chez le voisin.
En quelques mois, les curés enregistrent 38 000 conversions. La région Poitou est ruinée, les habitants s’enfuient vers l’Angleterre, la Hollande. La nouvelle suscite l’indignation de l’Europe protestante. Les soldats sont rappelés.

Une méthode qui se propage

Mais la méthode fait tache d’huile en France. Dès l’annonce de l’arrivée des dragons des bourgs entiers se convertissent.
Devant la terreur que les dragons inspirent, les réformés de Montpellier et de Nîmes abjurent sans attendre les violences, de même que dans les Cévennes : ils se convertissent avant l’arrivée des soldats. Les trois quarts des huguenots ont abjuré grâce aux « missionnaires bottés » c’est-à-dire les dragons. Beaucoup d’autres se sont enfuis.

Source: http://www.museeprotestant.org/notice/les-dragnonnades-1681-1685/

Start typing and press Enter to search