No 31 – Les Consistoires (1537)

 

Des tribunaux de mœurs

Les consistoires sont des tribunaux de mœurs chargés de régler les problèmes matrimoniaux et les transgressions à la loi de Dieu qui échappent à la justice des tribunaux civils, comme l’habillement, l’ivrognerie, l’immoralité sexuelle, l’usure, les jeux de hasard, l’incrédulité, la superstition ou le blasphème.

Les consistoires sont composés de responsables politiques et de pasteurs. Ils peuvent amender, voire condamner quelqu’un à la prison, ou encore dénoncer le prévenu aux autorités. Mais n’ont pas le droit d’excommunier.

Au service d’une Eglise d’Etat

Ils sont nommés par les autorités civiles à qui ils rendent des comptes.

Ils fonctionnent comme garants de la morale publique, dans une interface entre Eglise et Etat au sein d’un système où l’Eglise est intégrée au fonctionnement de l’Etat.

Dans un premier temps, les Bernois n’installent des consistoires que dans les chefs-lieux de baillage. Puis, en 1558, ils généralisent les consistoires dans toutes les paroisses.

Les consistoires sont honnis par la population qui se sent surveillée aussi bien dans sa morale que dans sa piété.

Source: Henri Vuilleumier, « Histoire de l’Eglise réformée du canton de Vaud sous le régime bernois » tome premier Editions de la Concorde 1927

Start typing and press Enter to search