No 48 – Antoine Court (1729-1812)

Sa vie

Il naît dans le Vivarais en 1695. Baptisé dans la religion catholique, comme la loi l’impose, il fréquente avec sa mère les Assemblées du Désert.

A l’âge de dix-huit ans, il s’engage dans une vie de prédicant.

Il prend conscience de l’urgence de réorganiser les Églises réformées suite aux persécutions dont elles sont victimes, et de redonner de l’importance à la fonction pastorale.

La tâche n’est pas aisée, étant donné les risques que comporte la clandestinité.

Il rompt avec l’époque du prophétisme. De même, il entend prendre ses distances avec l’esprit camisard en refusant notamment toute violence insurrectionnelle. Mais contre l’avis de la plupart des Églises du Refuge, il plaide pour la pratique des assemblées du Désert, donc pour l’illégalité.

En 1729, il se réfugie à Lausanne où il organise le Séminaire pour former les futurs pasteurs du Désert. Il meurt à Lausanne en 1760.

Antoine Court et le séminaire de Lausanne

Antoine Court ne dirige pas le Séminaire de Lausanne, mais il l’organise. Son rôle sera à la fois celui de moniteur et de secrétaire, tout en faisant le lien avec les Églises de France.

Le Séminaire est destiné à remplacer les Académies réformées, fermées dès avant la révocation de l’édit de Nantes.

Les proposants sont envoyés à Lausanne clandestinement par décision du synode. Plusieurs provinces exigent qu’avant de se rendre à Lausanne, l’étudiant ou le proposant signe un double engagement de revenir dans la province dont il dépend, et de ne pas abandonner son dessein initial.

Le Séminaire de Lausanne cesse son activité à la suite de la création de la Faculté de théologie de Montauban (loi de l’Empire, 1808).

Sources: http://www.museeprotestant.org/notice/antoine-court-1695-1760/http://www.museeprotestant.org/notice/le-seminaire-de-lausanne-1726-1812/ 

 

Start typing and press Enter to search