No 62 – 155 pasteurs démissionnent (11/12 novembre 1845)

 

Charles Monnard (1790-1865)
Source image: http://www.24heures.ch/vivre.histoire/liberalisme-passione-celebrait-devoir/story/25475552

 

Une contestation contre le pouvoir politique

Le dimanche 3 août 1845, Charles Monnard, pasteur à Montreux, ose donner un tour politique à son prêche. Il conteste un projet constitutionnel du Parti radical favorisant l’intervention de l’Etat dans l’Eglise vaudoise. Une sorte de diktat plaçant tout prédicateur au service de la politique.

Il rallie à son panache d’autres pasteurs rebelles. Ils démissionnent en bloc et, deux ans plus tard, ils créeront ensemble l’Eglise libre.

Charles Monnard

Adversaire de Druey, ami d’Alexandre Vinet (voir 59), Charles Monnard représente, dans la première moitié du XIXe siècle, un esprit vivace et récalcitrant, dont les convictions contribuent à l’évolution difficile de l’Etat de Vaud et à son insertion dans la Confédération.

Charles Monnard est à la fois théologien, philosophe, journaliste, professeur, politicien. Il fonde plusieurs associations prestigieuses, dont la Société de Belles-Lettres (1806), pour soutenir la formation universitaire, qu’il préside un temps, et le Cercle littéraire.

En 1826, il fonde la Société vaudoise d’utilité publique «pour réfléchir aux améliorations à apporter à la vie économique et sociale». En 1830 naît sous son impulsion l’Ecole normale de Lausanne, puis, en 1841, la Société suisse d’histoire. Passionné par sa patrie, il contribue durant de longues années à la traduction collective, parue en 1844, de L’Histoire de la Confédération suisse, de Johannes von Müller, dont cinq des dix-huit tomes seront de son cru.

Sources: http://www.24heures.ch/vivre.histoire/liberalisme-passione-celebrait-devoir/story/25475552
Image: « Charles Monnard d’après J.F. Hasler, reproduction photomécanique vers 1864
Source image: Musée historique de Lausanne

 

 

Start typing and press Enter to search